Le changement climatique existe, nous l'avons rencontré; nous, paysans, qui vivons au jour le jour dans la nature, nous le ressentons durement: extrêmes climatiques ou saisons décalées comme nous l'avons vécu cette année; printemps humide et malgré cela, déficit en eau; été frais suivi d'un automne bien chaud et très sec.

La vigne subit ces assauts et en souffre beaucoup; le froid tardif d'avril a atteint les jeunes bourgeons, l'été humide a apporté son lot de maladie et la sècheresse de septembre a vidé les graines de leur jus; au final, un très faible rendement mais point positif, le vin sera excellent!

Les difficultés sur la vigne et le vin nous ont amené à une réflexion qui nous a fait remettre en cause la monoculture de la vigne et à envisager d'autres pistes: la première que nous avons démarrée ce printemps concerne la production légumière sous forme de paniers pour une consommation locale; Pour la suite, nous pensons continuer la diversification pour avoir une ferme en polyculture-élevage qui correspond mieux à notre conception de la « biodynamie »



Retour à l'accueil